L’origine de la bande dessinée porno : Un peu d’histoire

La bande dessinée porno provient de la Tijuana Bible. Qu’est-ce que désigne ce terme ? D’abord le nom a été sélectionné afin de faire penser qu’elles étaient développées à Tijuana, au Mexique. La Tijuana Bible désigne des comics présentant des caricatures d’aventures de la plupart des héros de la Bande Dessinée américaine. Découvrons ensemble l’origine de la bande dessinée porno.

Tijuana Bibles et petits formats : érotisme et illégalité des années 1930 au début des années 1960tijuana bible premier bd porno

Érotiques et amusantes, les publications Tijuana Bibles ont permis de s’échapper, pas de la crise de 1929 bien évidemment, mais de la crise morale dont laquelle les États-Unis étaientt touchés. Ces publications se dotèrent de multiples autres noms afin que les vendeurs tout comme les acheteurs ne soient pas remarquer dans une conversation qu’ils désiraient anonyme. En effet, il n’était pas légal de publier, de vendre ou d’acquérir ce que l’on intitulait tour à tour « Jigg and Maggie books », « Bluesis », « Two-by-fours » ou encore « Eight pagers » puisqu’ils ne présentaient fréquemment que 8 pages.

Aventures sexuelles, comme il se doit

En France, lors de la fin du vingtième siècle, on verra aussi circuler illégalement les aventures coquines de Tintin et de Lucky Luke, magazines que les policiers souhaitaient supprimer autant que l’édition pirate de « Tintin chez les Soviets », publié au commencement des années soixante-dix. Il s’agissait donc d’une caricature de petits Mickeys. Ces héros de papier que la totalité des américains connaissaient puisqu’ils étaient partagés tous les jours dans les grands quotidiens en bande. Inconnus des français. Pour la majorité, nous connaissions pas ces héros.

Les plus reconnus, « Mutt & Jeff » doivent sans doute rien vous dire. Peut-être avez-vous entendu parler de Annie la Petite Orpheline (parue dans Spirou), Dick Tracy ou encore Flash Gordon ? En revanche, les plus populaires sont « Blondie », « Le Fantôme du Bengale », « La famille Illico », « Mandrake le magicien » et bien sûr Popeye, Mickey, Donald et notamment les dessins animés de Betty Boop qui ne demandaient que peu d’effort pour devenir des bandes dessinées porno.

Les dessinateurs étaient honorés ou horrifiés

Pour le plus grand nombre, il s’agit bien sûr de copies pirates, souvent mal représentées. Mais … certaines de ces publications Tijuana Bibles sont si semblables au dessin de base qu’on peut se demander si elles n’ont pas été réalisées par le créateur qui a désiré se défouler (Crumb élimine Fritz the cat en le faisant poignarder … Dans un autre thème, Conan Doyle mettra fin à la vie de Sherlock Holmes).

Quelquefois les héros existaient en chair et en os

Parfois, les héros existaient en chair et en os comme il est le cas pour l’actrice truculente Mae West disposant d’une poitrine opulente. De multiples autres acteurs et actrices sont reproduits en plein ébat dans certaines publications désormais fortement recherchées. On retrouve notamment les Marx Brothers, Greta Garbo, Clark Gable, Myrna Loy, Joan Crawford, … Les personnes publiques y passèrent aussi ; vous pouvez prévoir un budget de cent dollars pour obtenir en huit pages jaunies les exploits sexuels de Mussolini, Al Capone, Hitler ou Staline !

Que rechercher exactement ?

Publiés en 1929, les « Dirty Comis » ou appelés en français « les Bandes dessinées cochonnes » ont circulé jusque dans les années soixante. Le moment où la vague de pudeur qui avait inondé les États-Unis laisse place à la libération des mœurs. Du fait de l’illégalité de ces publications, il est logique que vous n’y retrouverez pas le nom de l’auteur, pas même le lieu d’impression. Encore moins un catalogue !

Voici un petit test de BD érotique : Une petite tentation de Jim

En revanche, vous pouvez conclure certaines dates de sortie par rapport aux éléments contenus dans les histoires qui y sont présentes. On retrouve par exemple une publication « Mussolini en Ethiopie », simple à dater. Pour ce qui est du reste : il est impossible de réaliser une liste exhaustive. Certains collectionneurs ont réussis à en trouver près de 1 000 Tijuana Bibles. Bon courage si vous désirez débuter une collection désormais !

Le passage dans la sphère publique en occident (années 1960-années 1970)

En France, lors des années 1960, la bande dessinée porno s’affiche au grand jour avec l’apparition d’une nouvelle protagoniste, Barbarella de Jean-Claude Forest, qui mélange sensualité et science-fiction. Elle est publiée au commencement par épisodes au sein du V Magazine, une revue érotique de l’époque publiée par trimestre. Vous pouviez y retrouver de l’humour, des photos et des nouvelles coquines. Si la publication reste un moment inaperçue, ce n’est pas le cas pour l’album partagé aux éditions Éric Losfeld lors de l’année 1964 qui créé l’événement ainsi que le scandale en montrant au public une BD démuni de mièvrerie et consacrée aux adultes. Mis en exergue grâce à la presse, la protagoniste Barbarella deviendra de cette manière une sorte de symbole liée à la libération sexuelle en BD.

Pour les petits curieux : Une bande dessinée porno : C’est quoi ?

A partir de Janvier 1970, Georges Pichard conçoit la protagoniste pulpeuse Paulette au sein des pages du magazine Charlie Mensuel géré par Georges Wolinski. Ce magazine est le premier à se destiner uniquement à un public adulte. D’autres titres suivront de près comme « Circus », « L’Écho des savanes », « Fluide Glacial » ou encore « Valentina » de Guido Crepax. Des magazines comme ces derniers ont permis de faire connaître d’autres auteurs et illustrateurs du genre. Désormais devenu un genre à part entière, la bande dessinée porno est surtout publiée dans des magazines spécialisés tels que « Bédéadult’ » ou « BD X » avec des auteurs reconnus tels que Robert Hugues.

Le développement de la bande dessinée pornographique japonaise

Hentai est un terme japonais qui équivaut à « métamorphose », « transformation » ou « perversion » mais dont on se sert en Occident pour caractériser les manges et les animes pornographiques. Malgré qu’il puisse être utilisé afin de déterminer des comportements tels que le viol, le sadisme, l’inceste ou la zoophilie, ce terme en lui-même ne dispose pas de connotation sexuelle obligatoirement. En effet, on peut parler de « mentalité anormale » en disant hentaishinri. Librement, on se sert de ce terme pour parler de « pervers » ou de « bizarroïde ». Les mots comme 18-kin ou seijin manga vous avertissent du caractère porno du support. hentai bd porno

La plupart des dessins animés japonais porno introduits en Occident (et notamment les premiers titres apparus) comme Angel of Darkness, Urotsukidoji ou encore Dragon Pink présentent des scènes déviantes allant de la copulation avec des créatures imaginaires au sadomasochisme, ce qui a certainement créé une confusion entre le terme hentai et le terme ecchi, on se sert couramment de ce dernier pour parler de la pornographie en terme général et en Occident pour caractériser les mangas ou les animes disposant de scènes à connotation sexuelle dans lesquels la sexualité est présente afin de créer un effet comique.

Le hentai représentant majoritairement des scènes hétérosexuelles est nommé « ero » lorsqu’il se destine à des hommes et « ladies’ comic » pour les femmes. Les dessins animés présentant des scènes homosexuelles sont appelées « yaoi » pour les hommes et « yuri » pour les femmes. Les scènes porno gay comme nous les connaissons sont très rares au Japon.

Et maintenant ?

Lors des années 2000, se tient une contre-révolution envers la vague pornographie, surtout tenu par des féministes. En mai 2000, la déclaration « Le corps n’est pas une marchandise » se propage au sein des journaux et lors de l’année 2002, Libération dévoile en couverture « Porno, ado, bobo ».

Le film porno est bien trop disponible au goût des parents qui s’inquiètent pour la génération suivante : la moitié des enfants âgés de onze ans ont déjà regardé au minimum une vidéo porno. A trop désirer libérer le corps et la sexualité, pour de nombreuses personnes, ça va trop loin. Le recul de la bande dessinée porno dans les rayons avait déjà commencé dans les années 1990. Aujourd’hui, il est impossible d’en trouver dans les grandes surfaces.

Pour retrouver une sélection des plus populaire et meilleures BD porno et érotique.

BD érotique et porno